Dans les coulisses de Thésard-es avec Jeanne Perrier et Marianne Le Gagneur

Cette semaine, j’ai l’énorme plaisir de t’apporter les deux chercheuses derrière Thésard-es, un podcast sur la vie de thèse dans le domaine des sciences sociales. Au fil de notre conversation, Jeanne Perrier et Marianne Le Gagneur ont partagé avec moi non seulement leur expérience en tant que chercheuses, mais aussi les questions qui les passionnent à propos du doctorat tel que le vivent les thésardes et thésards en France aujourd’hui.

Ce que tu apprendras dans cet épisode :

  • Ce qu’est le podcast Thésard-es
  • Ce qu’est une thèse CIFRE et quels sont ses avantages
  • Les problématiques particulières aux thèses en sciences sociales
  • Vos compétences insoupçonnées développées au long de votre doctorat
  • Le besoin de mieux coordonner les sciences sociales et le sciences humaines
  • L’autoévaluation des connaissances pendant la thèse – est-ce qu’elle devrait être obligatoire?
  • La réalité des thèses sans financement
  • Quelle place occupe un.e doctorant.e en sciences sociales dans une entreprise dans le cadre d’une thèse CIFRE ?

Tu aimes Papa PhD ? Laisse-moi un commentaire ici – une courte phrase suffit ! Et inclus ton identifiant Twitter – comme ça je pourrai te remercier personnellement !

Jeanne Perrier

Thésard-es est un podcast sur les doctorant-es en sciences humaines et sociales, qui les fait parler de leur recherches en cours et de leur expérience de la thèse. Il est réalisé par Marianne Le Gagneur, doctorante en sociologie, et Jeanne Perrier, docteure en sciences politique.

Merci Jeanne et Marianne !

Si cet entretien avec Jeanne Perrier et Marianne Le Gagneur t’a plu, fais-leur en part en cliquant sur le lien ci-dessous et en leur laissant un message sur LinkedIn :

Clique ici pour les remercier sur Twitter !

Clique ici pour partager avec David le principal message que tu retiens de cet épisode !

Les perles de sagesse de Jeanne et Marianne :

« Jeanne Perrier : Une thèse en sciences politiques, en sociologie, en géographie, c’est des domaines qui restent très dans le livres, en fait. Et on a l’impression qu’il n’y a pas beaucoup de domaines d’application. Et ce qui, mois aussi, m’a amenée, après la thèse, justement, à me poser beaucoup de questions sur “qu’est-ce que je fais avec ça?”, parce que je n’étais pas forcément sûre de vouloir continuer dans le monde académique. Marianne Le Gagneur : Et c’est aussi un autre sujet qui va avec la question des financements, c’est ces thèses qui s’allongent pour aller jusqu’en cinquième, en sixième année, parce qu’en fait on attend de la thèse, maintenant, énormément. Il faut des publications, il faut plein de chose, en plus, de la thèse, ce qui fait qu’en fait ça dure très longtemps et que les gens ont du mal è comprendre pourquoi… Est-ce qu’on est en train de ne pas avancer? Est-ce qu’on est en train de prendre du retard? À la fois oui, mais en même temps, on n’a pas le choix que de faire des thèses très longues, quelque part. »

« Jeanne Perrier : Moi, de ce que j’ai pu entendre, en tout cas, dans mon entourage, c’est qu’il y a quand même un gros fossé entre ceux qui décident de continuer la recherche académique et ceux qui ne veulent pas. Et, du coup, pas forcément considérés de la même manière, même au sein de leur laboratoire. C’est-à-dire qu’il y a quand même un espèce d’a priori pour ceux qui ne veulent pas continuer dans le milieu académique et qui disent “Eh bien, en fait, moi, je veux aller dans le privé.” Je trouve que la considération n’est plus la même et ça aussi, ça pose problème, parce que ça voudrait dire qu’il y a une carrière qui est moins bien que l’autre ou qui est moins prestigieuse que l’autre. Marianne Le Gagneur : Et en plus de ça il y a aussi beaucoup de gens qui s’orientent vers la thèse délibérément, pour mettre de côté des carrières dans le monde du privé, où la thèse devient, en fait, un refus des normes capitalistes. Alors qu’en fait la thèse est aussi… enfin, la notion de productivité dans la thèse est aussi très intéressante à analyser, quoi [rires]. »

Les ressources de cet épisode :

Tu aimeras aussi ces épisodes :

Elodie Chabrol – La passion pour la science et pour la vulgarisation : PapaPhD.com/33

Valérie Levée – Le détermination de tester ses limites en tant que scientifique : PapaPhD.com/38

Martin Primeau – Trouver son chemin du doctorat à la communicatino scientifique : PapaPhD.com/44

Anne-Hélène Dupont – Le trajet porfessionnel en lettres : PapaPhD.com/48

Sophie Leclère – Doctorat en sciences humaines et choix de carrière : PapaPhD.com/80

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.